Stockholm à la carte – Guide pratique de la capitale suédoise

L’exposition Salvador Dalí.

Salvador Dalí est l’un des artistes qui a le plus marqué le 20ème siècle. Dalí avait compris l’importance des médias et savait se vendre, c’est aussi grâce à cela qu’il est devenu si célèbre. Il s’intéressait aussi bien aux sciences qu’à la mode, au cinéma et au design.

Salvador Dalí, Face of Mae West

Salvador Dalí et sa fameuse moustache -à gauche-, Face of Mae West, 1935 -à droite-

Biographie

Après avoir étudié les beaux-arts à Madrid, Salvador Dalí s’intéresse très vite au mouvement surréaliste. Il lui donne une forme graphique totalement originale, fruit de son imagination débordante et influencée par la psychanalyse (Persistance de la mémoire, 1931, Construction molle avec des haricots bouillis : Prémonition de la guerre, 1936). Ses thèmes de prédilection sont la mort, l’érotisme, la putréfaction… Mis en scène avec une parfaite maîtrise technique et un goût pour les images en trompe l’oeil. Parallèlement à son oeuvre, qui compte également des scénarios de films – dont Un Chien Andalou, réalisé par son ami Buñel – et des poèmes, Dalí organise autour de lui-même un véritable culte de la personnalité. Extravagant, volontiers provocateur, il se crée un personnage de peintre génial et dérangé. En 1939, il est exclu du mouvement surréaliste pour ses déclarations en faveur d’Hitler ou de Franco. Il continue pourtant à en être l’une des figures de marque et s’essaie parallèlement à une peinture plus réaliste, notamment dans des tableaux religieux (Crucifixion, 1954). Artiste complet, il s’illustre également dans la sculpture, la publicité, la création de bijoux, costumes et décors.
(source pour la biographie : linternaute.com)

L’exposition

Intitulée Dalí Dalí featuring Francesco Vezzoli (Dalí Dalí avec Francesco Vezzoli), l’exposition présente les multiples facettes de Salvador Dalí. Dans une première salle ce sont les peintures des années 30 avec lesquelles Dalí est devenu célèbre, et parmi celles-ci :
Six apparitions de Lénine sur un piano 1931,
Ce tableau fait référence à un évènement marquant de l’enfance de Dalí, quand il aurait été enfermé dans une pièce noire après avoir poussé un enfant depuis un pont. Dans un état semi-conscient il aurait vu six images de Lénine briller sur le clavier d’un piano.
L’énigme de Guillaume Tell 1933,
Guillaume Tell représenterait le père de l’artiste portant un enfant dans ses bras (Dalí) mais avec sur la tête un morceau de viande crue au lieu d’une pomme, ce qui montre le côté bestial de l’homme.

La deuxième pièce regroupe les supports très variés avec lesquels Dalí a travaillé. On y trouve des objets surréalistes, son projet pour un pavillon pour l’Exposition Universelle de New York en 1939 intitulé Le rêve de Vénus, des robes avec des imprimés homards, quelques-uns de ses écrits (dont la Declaration of the Independence of Imagination & the Rights of man to his own madness -la Déclaration d’indépendance de l’imagination et des droits de l’homme à sa  propre folie-), des extraits de films (Un Chien Andalou, film surréaliste, les scènes de rêves pour le film Spellbound, réalisées à la demande d’Hitchcock en 1945), une publicité de 1970 pour le chocolat Lanvin qui exploite la fameuse moustache de Dalí et quelques objets qu’il a dessiné (la fameuse broche Rubis Lips, un flacon de parfum, un échiquier etc.).
Francesco Vezzoli est un artiste contemporain qui reprend des éléments des oeuvres de Dalí pour mettre en valeur celles-ci.

L’exposition riche, variée et attractive nous plonge dans l’univers fascinant et provocant de Salvador Dalí. Il y a même un court film où Dalí explique comment il met en forme chaque matin sa fameuse moustache !
Elle a lieu au Moderna Museet jusqu’au 17 janvier 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *