Stockholm à la carte – Guide pratique de la capitale suédoise

Per Hasselberg et Ivar Arosenius à Waldemarsudde.

Deux artistes suédois sont exposés en ce moment à Waldemarsudde, le musée du Prince Eugène : le sculpteur Per Hasselberg et le peintre Ivar Arosenius.

Per Hasselberg et sa fameuse sculpture « Grodan » 1890. Autoportrait d’Ivar Arosenius, 1908 (image : Wikipedia)

Per Hasselberg – du 20 février au 30 mai 2010

Per Hasselberg (1850, Blekinge – 1894, Stockholm) est peu connu à l’étranger, bien que ses délicats marbres (des nus féminins) aient reçu une critique élogieuse en Suède.
Fils de paysan, Per Hasselberg suit une formation en menuiserie puis en sculpture ornementale. En 1876 grâce à une bourse il part étudier aux Beaux-arts à Paris, passage obligé pour les sculpteurs à cette époque. Au Salon de Paris en 1881 il présente Snöklockan (Perce-neige), une jeune fille nue debout, et grâce à elle obtient la reconnaissance de la scène artistique suédoise. Per Hasselberg se lie d’amitié avec le prince Eugène, lorsqu’il réalise le buste de celui-ci. Le Prince Eugène admire son audace politique.
Les sculptures de Per Hasselberg se trouvent dans plusieurs villes de Suède, dont Stockholm. L’exposition est enrichie par quelques toiles d’artistes suédois collègues d’Hasselberg tels que Richard Bergh, Georg Pauli, Carl Larsson et Anders Zorn.

Ivar Arosenius – du 30 janvier au 18 avril 2010

Ivar Arosenius (1878, Göteborg – 1909, Älvängen) était un peintre et auteur de livres d’images.
Cet artiste quelque peu torturé a réalisé des autoportraits sanglants, des images politiques satiriques mais aussi de fines représentations d’enfants. L’outil de prédilection d’Ivar Arosenuis était l’aquarelle et il travaillait essentiellement sur des petits formats. Il racontait des histoires et des contes. Le contenu de son art était souvent lié à sa vie qui fut courte mais intense. Après avoir mené une vie de bohême à Paris, Ivar Arosenius revient en Suède en 1905 où il se marie. Il a une fille, Lillan qui sera le sujet favori de ses peintures ainsi que le personnage principal d’un livre d’images Kattresan (le Voyage du Chat). Ivar Arosenius était atteint d’hémophilie et décède très jeune, à 31 ans.
L’exposition présente presque 250 oeuvres dont certaines peu connues du public : des caricatures et des dessins satiriques.

La maison du prince Eugène à Waldemarsudde

Le prince Eugène (1865-1947) était le fils du roi Oscar II et de la reine Sofia. Artiste peintre il aimait se rendre sur Djurgården pour profiter de la lumière, des couchers de soleil et de la vue sur Stockholm. Il louait une chambre à Waldemarsudde. En 1905 il demande à l’architecte Ferdinand Boberg de lui construire une maison pour qu’il puisse séjourner sur l’île de manière plus permanente. Une galerie est ajoutée quelques années plus tard car le prince Eugène collectionne les oeuvres d’art. Le prince Eugène meurt en 1947 et dans son testament il lègue la propriété et la collection à l’état suédois.
L’ensemble est aujourd’hui un musée, les intérieurs raffinés et très fleuris (le prince Eugène adorait les fleurs) ont été remarquablement conservés. Dans le petit parc autour du palais et  face à la mer on peut admirer des sculptures de Rodin, Bourdelle, Carl Milles et Per Hasselberg.

Comment s’y rendre

Depuis T-Centralen : bus 47 à Sergel Torg direction Waldemarsudde.
Horaires d’ouverture : de mardi à dimanche de 11h à 17h – jeudi ouvert jusqu’à 20h – lundi fermé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *